Le tarin des Aulnes (Carduelis spinus)

Petit passereau robuste, pesant entre 10 et 14 grammes, d'une longueur de 12 cm, il est sociable et grégaire et se déplace en groupes. Le mâle a une livrée chatoyante : calotte et menton noirs, le reste de la tête est verdâtre avec des rayures jaunes plus ou moins marquées, croupions, barre alaires, raie derrière l’œil et rectrices externes sont jaunes ; le dos est verdâtre ; les flancs striés de brun. Son bec est allongé, large à la base et pointu à l’extrémité, brun dont l’extrémité est noir. Sa queue est fourchue, courte et de couleur noir. La femelle plus terne (gris-vert), sans bavette ni calotte noires, toutes les marques jaunes sont moins accentuées et plus pâles, le plumage rayé sur la face ventrale est blanchâtre.

Il est plus facile à observer en hiver, où ils descendent en bandes des pays nordiques en quête de nourriture.

Mâle classique

Femelle classique

Biotope

Les tarins apprécient les zones boisées claires de conifères (épicéas), à proximité d’un cours d’eau. Hors période de reproduction, on peut les apercevoir dans les jardins peuplés de bouleaux ou d’aulnes.

Parade nuptiale

Il effectue des trajectoires en planant, entrecoupées de piquées soudaines et de changements de direction, tout en émettant des cris (aigus et perçants) d’appels continus

Nidification

Ils font une à deux couvées par an. Ils se reproduisent au printemps, et construisent un nid profond en forme de coupe sur de hauts arbres. En captivité, la femelle choisira un endroit élevé, à l’abri de l’humidité.

Ce nid est constitué de radicelles, de brindilles, de lichens, de mousses et de toiles d’araignées, de plumes et de duvet. Entre avril et juin, la femelle va couver 3 à 6 œufs bleuâtres, maculés de petits points noirs ou de traits rouge-brun, pendant 11 à 13 jours. La couvaison commence souvent après la ponte du troisième œuf. Seule la femelle couve, nourrie sur le nid par le mâle. Le mâle aide la femelle pour nourrir les jeunes qui quitteront le nid âgés de 2 semaines.

En captivité le baguage devra s’effectuer vers le 5ème jour. Ils seront autonomes à 4 semaines. Les jeunes des deux sexes ressemblent à la femelle adulte.

Alimentation

Il se nourrit de semences de conifère et de graines de bouleaux, de plantes herbacées telles que le chardon, le pissenlit ou la reine des prés... Ce petit acrobate se nourrit souvent la tête en bas. Il aime aussi les insectes, les bourgeons et les jeunes pousses.

En captivité il marque une préférence pour les graines oléagineuses (lin, niger..), graines de santé, graines germées, de la pâtée aux œufs en période de reproduction, tout comme les vers buffalos.

Liste de ses prédateurs

Pies, corbeaux, geais, souris et autres mustélidés qui pillent les nids que ce soit pour les œufs ou les oisillons.

Répartition

Il existe 2 populations, une vivant en Europe et l’autre en Asie orientale. Les tarins observés en Belgique sont principalement des migrateurs de passage et des hivernants. Sa population est estimée entre 20 et 35 millions en Europe (déclin de 30 % en 10 ans.

Différentes mutations existantes :

  • Brun,
  • Agate
  • Isabelle
  • Vert clair
  • Brun clair
  • Ivoire

Femelle ivoire

Femelle brune diluée

Mâle vert dilué et femelle brune diluée

Mâle agate

Sources

- « A l’affut de nos oiseaux » Pierre de Stexhe Editions Mardaga, 2000. - « Chardonnerets, tarins – verdiers pinsons et autres oiseaux » G.Ravazzi, Editions de Vecchi, 1998.

- http://fr.wikipedia.org/wiki/Tarin_des_aulnes

- http://www.oiseau-libre.net/Oiseaux/Especes/Tarin-des-aulnes.html

- Revue AOB, novembre 2005

- Photos : http://www.elevage-indigenes.be/index.html

Article rédigé par Noelle